Sacrée soirée à la Villa de l'Extra

Une sacrée soirée à la Villa de l'Extra

La formule originale, conférence suivie d'un concert a attiré la foule des grands soirs vendredi. Au menu Jacques Perçiot avec Jacques Brel et Bruno Mayeur pour un retour face au public.
Tout d'abord, Brel par le journaliste écrivain qui fit une belle et longue carrière sur France Bleu, spécialiste de la chanson française et aussi auteur d'une douzaine de biographies des grands de la scène française, de Brassens à Higelin en passant par Ferré et Hallyday. La chanson française est une de ses grandes passions à Jacques Perçiot et il sait la transmettre. Précis, détaillé, illustré d'anecdotes, il nous emmène dans la vie de “Jacky”. De Bruxelles aux Marquises, il éclaire la personnalité du chanteur, et nous comprenons mieux ses choix, son caractère, sa vie, son oeuvre. Une vie dont on pourrait penser tout connaître comme des autres people, les médias les suivant pas à pas. Et bien non, et c'est là la force de Jacques Perçiot, il nous révèle encore des détails qui nous rapprochent du grand artiste. Une intervention entrecoupée de chansons et surprise, c'est Bruno Mayeur qui arrive avec la “quête” vers l'inaccessible étoile. Nous sommes alors sur le voilier de Brel glissant sur les mers du globe pour l'accompagner sur son dernier far West, cette petite île des Marquises où il repose à coté de Gauguin. C'est un public bouche bée, uni dans l'émotion et le partage du souvenir de ce monstre sacré de la chanson française qui fredonne en chœur Madeleine. Brel est unique.

La mer est aussi un élément qui a marqué la vie de Bruno Mayeur. C'est avec la chanson Louis Carrec qu'il a gagné la Clé d'or de la chanson française ce concours national qui propulse les jeunes talents. La chanson d'un marin que la mer a emporté. Et c'est Brel qui a poussé l'auteur compositeur Troyen à mettre de la musique sur les textes qu'il écrivait. Et chacun a pu reconnaître qu'il y a du Brel chez Mayeur. Dans l'interprétation, les mains, les bras qui vous appellent, les grimaces, les mimiques. Bruno mayeur a son public.Il n'avait pas chanté depuis deux ans et demi sur scène. Dans la salle certains sont venus de l'autre bout du département pour écouter ses nouvelles chansons. Les sujets qu'il aborde sont ceux de la vie quotidienne, trop d'info, de l'intox, mais aussi les guerres sanglantes, l'amour aussi avec ce très beau texte dédié à son épouse, l'enfance maltraitée... Et puis cette chanson terre rouge, qui arrive avec une double voix. Chanson sur la chute du mur de Berlin, un autre univers musical, celui de Luc Decomble qui met la musique sur certains textes de Bruno Mayeur. C'est double voix, une complicité chaleureuse, ces chansons à deux voix nous rappellent parfois Maxime Leforestier. Un excellent moment et à la demande générale, Luc est sollicité pour une prochaine soirée, la date est à fixer. Pour boucler la boucle , Bruno Mayeur termine le spectacle avec “ces gens là” et nous invite à guetter la sortie de son prochain CD qui contiendra les nouvelles chansons proposées ce soir. Et originalité, ce CD sortira aussi dans un livre de poésies et de textes de chansons richement illustré par le peintre Alain Richard. A bientôt certainement pour une rencontre avec les deux complices et le 9 janvier avec Brassens.